Nolwenn Leroy, une « Bretonne » redécouvrant la Bretagne ?

Publié le par In(ter)dépendant

-Bretonne-NOLWENN-LEROY-1834.jpgC’est aujourd’hui que sort officiellement le dernier album de Nolwenn Leroy (écoutable par exemple sur Deezer). Intitulé « Bretonne », le nouvel opus de la native de Saint-Renan se compose d’une série de reprises en français, breton et irlandais : du très folklo, de Tri martolod à Dans les prisons de Nantes, mais aussi le Bro Gozh ou encore Karantez Vro d’Anjela Duval. On voit passer toute sortes de réactions sur facebook et autres fora, de l’enthousiasme délirant à la critique à la kalachnikov contre l’album commercial, sans âme, d’une pseudo artiste parisienne, etc.

Au point de vue musical : d’abord pour celles et ceux qui en sont restés à l’image de la star-ac, jetez une oreille sur l’avant dernier album de N. Leroy, « le cheshire cat et moi ». On aime ou pas, mais force est de constater qu’il y a du niveau musicalement parlant. Ensuite concernant Bretonne, il est clairement orienté grand public mais bien réalisé et agréable à l’écoute. Alan Stivell lui-même a d’ailleurs salué la qualité de l’album sur son forum. Après, on peut toujours sourire d’une artiste qui chante « je ne serais jamais ta parisienne » alors qu’elle vit à Paris depuis pas mal de temps, et qui donne une image assez folklo du pays. Sauf que pour la réalisation de bretonne, Nolwenn Leroy a pris des cours de breton à la mission bretonne à paris. Elle n’y était pas obligée, d’autres artistes chantent uniquement en phonétique. Au vu de ce point et ne vivant pas sa vie, je m'abstiendrais donc de la critiquer.

Au point de vue de la visibilité du breton : c’est intéressant au sens ou ça popularise le breton vers un public qui a très peu l’occasion d’en entendre et qui s’y intéresse jusque la très peu. On peut regretter que ce soient principalement des tubes vus et revus qui soient interprétés, qu’il n’y aie pas de création originale, mais on ne peut pas tout avoir non plus. Et puis c’est le genre qui veut ça. Ensuite, peut-être que le Bro Gozh ou Karantez Vro inciteront certain(e)s à aller voir plus loin ! Un hymne national breton ? Ca existe ça ?

Un album formaté pour vendre ? Vu le choix de la majorité des morceaux, probablement. Et ? C’est positif si la culture bretonne fait vendre, c’est bien la preuve qu’on a réussi à la populariser. « Bretonne », c’est finalement une part d’un cercle vertueux qui popularise la culture, donc fait vendre, donc incite d’autres artistes à s’y mettre, et donc popularise encore d’avantage.

Finalement, « Bretonne » ne mérite ni tant d’amour ni tant de haine. Ca reste un album de reprises, qui n’a pas prétention à un quelconque génie. Mais qui fait plutôt bien son boulot, donner une interprétation nouvelle et agréable de d’anciens morceaux. Tous les goûts sont dans la nature, Personnellement je ne suis pas spécialement fan de Nolwenn Leroy, mais je ne vois pas pour autant de raison de la critiquer et de douter a priori de la sincérité de sa démarche. A son niveau, en interprétant l’hymne national breton ou encore Karantez vro, Nolwenn Leroy donnerait presque l’impression d’ « une bretonne redécouvrant la Bretagne » ; - )  et l’intégrant à son parcours artistique. Plutôt positif non ?

Commenter cet article

Mission Bretonne 03/10/2011 13:30


Bonjour,

Puisque vous parlez de la Mission Bretonne, je me permets de vous informer que nous avons un tout nouveau site web, pour ceux qui veulent découvrir notre association.

http://www.missionbretonne.org

Kenavo


Rakaniac 10/01/2011 23:46


En ce qui me concerne, j'aime bien ce disque que j'ai présenté sur mon blog.
Comme vous dites, musicalement c'est très bien fait.
Et avec ses qualités vocales, Nolwenn Leroy valorise très bien ce répertoire.
Je trouve ça bien qu'elle se souvienne de ses origines bretonnes.
Ok, ce disque oscille entre musique celtique et variétés.
Ok ce sera peut-être son seul disque de ce style.
Mais je la remercie car plus on parlera de musique bretonne, de musique celtique, moins ce genre musical risquera de tomber dans l'oubli.
Au delà du festival de Lorient, au delà des Nuits Celtes, ce serait bien si la musique celtique était reconnue comme un genre musical au même titre que le rock, le jazz ou la chanson française.
C'est en tout cas une de mes préoccupations primordiales depuis 1972.


Mikael 06/12/2010 22:07


En breton, on dit : Gwelloc'h eo un oberer evel kant lavarer (mieux vaut un faiseur que cent diseurs). Alors que tous ceux qui critiquent Nolwenn Leroy apprennent le Bro Gozh ma Zadoù par coeur, et
ensuite on verra. Cette jeune femme a le mérite de véhiculer notre langue et l'esprit breton auprès de publics qui n'y sont pas sensibles de prime abord. Elle est sincère dans sa démarche, fait
l'effort d'apprendre le breton et ne se prend pas la tête... Je lui tire ma révérence. Gourc'hemennoù Nolwenn.


In(ter)dépendant 07/12/2010 17:38



Salut Mikael, merci pour ton commentaire ! a+