Sound-art basé sur le patrimoine écossais : Susan Philipsz remporte le Turner Prize 2010

Publié le par In(ter)dépendant

Lowlands-by-Susan-Philips-006.jpgLe Turner Prize est à la fois le plus prestigieux et le plus controversé des prix d’art contemporain britanniques. Créé en 1984 dans le but de célébrer les nouvelles tendances, décerné par la Tate Britain - National Gallery of British Art  de Londres, il est associé à l’art conceptuel. Il récompense généralement des artistes exerçant dans les arts visuels, et plus particulièrement ceux utilisant les nouveaux médias (vidéo, installations, sculpture non conventionnelle… ). Il a entre autres contribué à l’essor des Young British Artists, et notamment récompensé en 1995 Damien Hirst (un de mes artistes préférés, ce qui me rend ce prix tout de suite particulièrement sympathique).

 

L’œuvre lauréate du prix Turner 2010 décerné le 6 décembre dernier s’intitule Lowlands. Œuvre de commande du Glasgow International Art Festival, réalisée par Susan Philipsz, il s’agit d’un ensemble de 3 enregistrements d’une ballade écossaise du XVIe siècle, « Lowlands away », laquelle raconte l’histoire d’un amoureux noyé retournant annoncer sa mort à sa promise et la hanter. Les 3 versions ont été diffusées, dans le cadre du festival,  dans des passages sous trois ponts de Glasgow sur la rivière Clyde ; l’idée étant de faire résonner Susan-Philipsz-005.jpgl’ambiance particulière des lieux avec le sujet de la ballade et l’interprétation propre de l’artiste. Les membres du jury «admired the way in which her work provokes both intellectual and instinctive responses and reflects a series of decisions about the relationship between sound and sight. Philipsz's work draws on the immersive properties of sound and uses her own voice to create powerful sculptural experiences ». Pour ma part, je trouve particulièrement intéressante la démarche de produire de l’art sonore qui ne se limite pas à de la musique et s'attache à faire résonner le son et le lieu. La démarche qui consiste à véritablement utiliser le patrimoine propre du territoire pour créer une œuvre contemporaine est également remarquable, alors qu’aujourd’hui tant de structures se contentent de plaquer de l’art contemporain dans des lieux patrimoniaux, histoire de faire l’évènement à pas cher sur de la pseudo provoc. Ici le lien semble assez extraordinaire, et je regrette de ne pas avoir pu en profiter in situ. J’aurais également pu appliquer à cette œuvre la superbe phrase de R. M. Rilke citée en conclusion d’un article précédent.

 

C’est la première fois que Le Turner Prize est décerné à une œuvre purement sonore. Son  auteur, Susan Philipsz est une écossaise de Glasgow,  un temps professeur à l’université de Belfast, et vivant actuellement à Berlin. C’est une habituée des manifestation internationales d’art (Melbourne, Sidney, Londres (Triennal of British Art), Tirana, Ljubjana, EU (Carnegie International)…) et des grands centres d’arts contemporain (elle a notamment créé une œuvre pour le centre Guggenheim New-York il y a quelques mois). Elle est principalement connue pour ses installations sonores. Celles-ci consistent – à l’image de Lowlands - à interpréter a capella des chansons (rock ou folk/traditionnels Susan-Philipsz-singing-performances.jpgprincipalement), éventuellement les retravailler,  puis les diffuser dans des lieux particuliers et/ou symboliques : musées, églises, cimetières, supermarchés… L'un des premiers travaux de Susan Philipsz «  Filter » était ainsi composé de reprises de Nirvana, Radiohead ou Marianne Faithful diffusées à travers le système d’annonces publiques d’un réseau de bus ou encore d’un supermarché Tesco. Elle a également travaillé dans d’autres cadres sur des chansons folk irlandaises, l’Internationale…

 

A noter que la cérémonie de remise du prix a été troublée par des étudiants en art en lutte contre les coupes monstrueuses du budget britannique consacré à l’université. Susan Philipsz leur a exprimé son plein soutien face au gouvernement britannique.

 

Pour qui voudrait creuser, un article intéressant sur la notion de Sound art.


Commenter cet article