EcoWatt, EDF et la politique de l'énergie en Bretagne

Publié le par In(ter)dépendant

Je n'ai pas pour habitude de publier les communiqués du PB sur ce blog, mais à question exceptionnelle...

Je suis assez révolté par le sujet EcoWatt. EcoWatt, dixit EDF et ses partenaires institutionnels, c'est un dispositif citoyen visant à économiser l’énergie et éviter les ruptures d’approvisionnement en temps de grands froid ; dans un contexte ou la Bretagne est, toujours selon EDF, très exposée aux coupures vu qu’on a eu le mauvais gout de refuser centrales nucléaires, à charbon, au gaz, etc (exception faite de Cordemais, mais ça ne joue pas pour tout le Nord).

En réalité, EcoWatt, c’est surtout une façon indécente de rejeter la faute sur ceux qui subissent et qui n’y sont pour rien, le tout sous couvert d’engagement citoyen et écolo ; et une belle campagne de pub pour nous « inciter » à accepter des systèmes de production d’électricité polluants (par contre les hydroliennes, bizarrement, EDF les oublie).

 

 

EcoWatt met en lumière la carence des politiques énergétiques publiques

 

logoPBcarre.jpgAvec l'arrivée de la vague de froid, le dispositif EcoWatt se retrouve sous les projecteurs. Il s'agit d'un système d'alerte auprès des consommateurs bretons pour les inciter à baisser leur consommation électrique en période critique.

A court terme, ce dispositif permet par défaut d'éviter une pénurie passagère, et on peut se féliciter du civisme général des Bretons pour économiser l'énergie et éviter la rupture. Cependant, ce système désormais pérennisé est symbolique des graves carences des politiques publiques en matière d'énergie. Aujourd'hui, EDF (via sa filiale ERDF), l'Etat et les collectivités partenaires se défaussent de leurs responsabilités dans la situation actuelle en faisant supporter aux usagers les conséquences des insuffisances de l'approvisionnement électrique. Pire, EcoWatt est aujourd'hui un instrument de communication de la part d'EDF pour stigmatiser la population bretonne et nous pousser à accepter des modes de production d'énergie dont nous ne voulons pas.

Accompagner la crise ne constitue en rien une solution à long terme. Il est nécessaire que la collectivité bretonne s'engage de manière forte sur trois points :

- L'augmentation de la production par le développement des énergies renouvelables, en particulier marines.

- Le renforcement du réseau électrique.

- Les aides et l'éducation aux bonnes pratiques afin de diminuer la consommation globale d'énergie, à commencer par l'arrêt de l'incitation au chauffage électrique pour les nouvelles constructions, là où il existe d'autres alternatives de chauffage.

L'Ecosse s'est fixé comme objectif une réduction de 42% de ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020. Cet exemple montre qu'une collectivité volontariste et dotée de pouvoirs étendus peut s'assurer un approvisionnement énergétique sûr dans le respect de l'environnement et à un coût modique pour l'usager. Le conseil régional, associé au département de Loire-Atlantique, doit faire preuve d'ambition et exiger les compétences et les moyens financiers permettant la mise en place d'une véritable politique énergétique bretonne.


Pour le Parti Breton,

Le Président

Yves Pelle

Publié dans Parti Breton

Commenter cet article