Petites réflexions autour du voile et des élections.

Publié le par In(ter)dépendant

Un petit retour sur la polémique un peu hallucinante de la semaine dernière : les réactions à la présentation par le NPA d’une candidate voilée sur une de ses listes aux régionales.

 

On a eu droit aux réactions indignées de toute la classe politique française, de Mélanchon - "Lorsqu'on veut être élu, il faut pouvoir représenter tout le monde, c'est donc une erreur de se présenter à une élection en affichant une appartenance religieuse qui rend impossible cette représentation du souverain dans son ensemble" – à Marine Le Pen – « ils se cherchent un électorat de substitution et pensent qu'en multipliant les propositions communautaristes, ils vont obtenir l'électorat des Français musulmans" » en passant par la députée UMP Chantal Brunel – « il s'agit d'une provocation et d'une instrumentalisation d'une pratique religieuse à des fins électoralistes, c'est choquant » - et Martine Aubry qui n’aurait « pas accepté" sur les listes socialistes "une femme voilée" au motif que "c'est une annonce d'une religion qui doit rester du domaine privé et qui ne doit pas rentrer dans le champ de la République".

 Bref, le NPA a touché aux fondements même de la république visiblement.

 

Qu’en penser ?

 

Sur la forme tout d’abord, certains reprochent au NPA d’avoir instrumentalisé cette candidate pour faire un coup de com’. Visiblement c’est faux. Tout d'abord, la personne en question est investie depuis un certain temps au NPA et occupe la fonction de trésorière de la fédération départementale. Bref, ils ne sont pas allés chercher une candidate sortie de rien pour avoir leur candidate voilée. Ensuite, il semble que c’est le Figaro qui soit allé cherché l’info. La communication bordélique du NPA sur cette affaire tend à confirmer qu’ils n’étaient pas préparés à une telle polémique. Surtout, ce n’est certainement pas le genre de sujet qui va resserrer les rangs chez eux, cela va plutôt susciter la discorde qu’autre chose entre les laicistes et les multiculturalistes. Ca fait cher du coup de com’ ! Et en plus cela risque de leur faire perdre des voix dans un électorat qui en général n’est pas très porté sur la chose religieuse.

 

 

Sur le fond :

 

Au niveau personnel, ou est le problème ? Porter le voile "simple" (il ne s'agit pas de la burka !) relève a priori d’un choix purement personnel que l'Etat ou la société n'ont aucune légitimité à critiquer. Cela peut aussi témoigner d’une forme d’oppression vis-à-vis des femmes, mais dans cette hypothèse, ce n’est pas en renvoyant la "victime" dans le ghetto et en lui bouchant les portes de la vie publique qu’on va améliorer les choses, pour elle ou pour toutes les personnes dans des situations similaires.

Eva Joly, l'ancienne juge et actuelle députée verte, a fait une déclaration intéressante sur le sujet ou elle affirme que voile et mandat politiques sont compatibles. "Personnellement, je pense qu'il ne faut exclure personne, qu'il n'est pas interdit aux femmes qui le souhaitent de porter le foulard". Elles "ont aussi droit à être candidates" pour les élections régionales de mars. "Je ne dis pas que j'aime ça. Je rencontre souvent des femmes qui portent le « hijab » dans mes meetings. Je vais discuter avec elles comme je discute avec les autres"
"Je pense que l'intégration est la meilleure façon de faire et qu'elles n'auront plus envie à terme de porter leur voile".

 

 En clair, en quoi porter le foulard empêcherait t-il d’exercer correctement un mandat électif ? en quoi le fait d’être musulmane et de l'afficher empêcherait t-il de représenter l’ensemble de ses concitoyens, croyants ou non ? Heureusement, un non croyant peut représenter politiquement des croyants et vice versa, c’est bien le principe de la laïcité : la séparation strict entre l’Etat et la religion.

 

 

 

Question de concurrence identitaire

 

Au-delà de ces questions, il me semble que sur le principe la question centrale est celle de la liberté de choix : le choix de ne pas porter le voile dans les pays ou cela est rendu obligatoire, le choix aussi de le porter face à une société et un état qui globalement n’admettent pas une identité religieuse musulmane affirmée, vue comme concurrente à l’identité nationale française.

 

La religion constitue une part de l’identité personnelle, un marqueur identitaire parmi de nombreux autres. Et au-delà de la question purement religieuse, le foulard en Europe a probablement dans de nombreux cas une fonction "identitaire" dans un sens plus large. On peut même se dire que porter un foulard n’est pas si différent de porter un t shirt d'une marque quelconque ou même Me a gomz brezhoneg.

 

La candidate voilée n’a pas développé d’idées qui remettent en cause la loi ou l’ordre public, et c'est absolument tout ce qui compte. Ensuite, porter telles ou telles fringues, que ce soit pour raisons religieuses, de mode, etc,  relève de la stricte liberté individuelle. L'Etat n'a pas à imposer une identité normée.

 

 

 

Entre laicité et laicisme

 

 La laicité, c'est la séparation de l’église et de l’Etat : notion évidemment fondamentale, l’Etat n’a pas à favoriser une religion vis-à-vis d’une autre Le laïcisme est « un courant d'idées qui vise à protéger activement la vie publique de toute ingérence religieuse. Si la laïcité applique avec une certaine souplesse la séparation de l'État et des Églises, le laïcisme souhaite réduire la vie religieuse des citoyens à la seule sphère privée, hors de toute manifestation sociale et publique. » (wikipedia). Le laicisme a donc de fait pour conséquence de restreindre la liberté individuelle.

 

Laurent Chambon définit très bien le problème sur son blog : La religion est une affaire privée, aussi dans le sens où son exégèse, ses interprétations et la façon de vivre sa foi ne doit pas être déterminée par l'État ou les politiques: à chacun d'exercer ou non sa foi dans la forme qu'il entend, de façon individuelle et collective, dans la limite de la loi et de la Constitution. Ça veut dire que si un groupe décide que s'habiller en rose est la meilleure façon de vivre sa foi, peu me chaut. À l'inverse, si un groupe utilise la liberté religieuse pour exprimer en public des propos racistes, antisémites, sexistes ou homophobes, l'État se doit d'intervenir. [...] J'ai des gens de ma famille qui m'ont demandé si j'étais pour le voile. Mais ce n'est pas la question. Peu importe que je sois pour ou contre le voile. Personnellement je ne suis pas un fan, mais je ne suis pas ni femme ni musulman, ce n'est pas à moi de dire aux autres comment ils doivent d'habiller. La question c'est: qui a quelle autorité pour prescrire des vêtements?

  

Faire un scandale parce qu’une musulmane voilée se présente aux élections la pour le coup c'est clairement hors du champ de la laïcité, c’est du laïcisme. Le fait qu’un candidat ou un élu affiche ses convictions religieuses personnelles ne change rien au fait que la loi impose la séparation du domaine de l’Etat et de celui de la religion dans le fonctionnement de l’institution (attribution de subventions, etc). Dans de nombreux pays de l’UE, à commencer par le Royaume-Uni, des candidates ou des élues portent le voile, sans que, à ma connaissance, le régime politique n’aie dévié vers la théocratie.

 

 

La véritable opposition ici n’est pas entre l’Etat laïc et l’expression religieuse. Elle est entre l’Etat et la simple liberté de chacun d’exprimer son identité quelle qu’elle soit, dans l’espace publique. Personnellement, ce fonctionnement laïciste est tout sauf mon idéal. Un ami l’a bien résumé sur facebook, je lui pompe sans scrupule (Merci Alexandre)

 Le contraire du laïcisme [en VO c’était « de la laïcité »], ce n'est pas la théocratie, mais le multiconfessionnalisme. Chacun pouvant librement montrer sa religion dans un climat apaisé, c'est un idéal plutôt sympa non? De toute façon la laïcité aura toujours un problème: il y aura toujours des contradicteurs pour justement vouloir s'affirmer plus car ce n'est pas possible. Si on donne plus de liberté d'expression, l'expression ne sera plus aussi revendicative et du coup sera apaisée!

 

Voilà qui me convient mieux. : - )

 

Un dernier article plutôt intéressant sur le sujet.

Commenter cet article