Elections régionales, dimension européenne

Publié le par Kevin

Le Taurillon, magazine des jeunes Européens, publie en ce début d’année un article autour du rôle qu’il entend tenir dans le débat sur les prochaines élections régionales. On y trouve entre autres un clin d’œil sympathique à la campagne du Parti breton et de nos amis basques du PNV durant les dernières élections européennes :

Mais au delà de la présentation des programmes, ce cycle d'interviews a révélé une appropriation bien disparate de l'idée fédérale au sein des listes candidates. Ainsi les listes des partis autonomistes régionaux, marginales en termes de voix, ont partagé sur le Taurillon une vision du projet politique européen bien plus avancée que les partis politiques traditionnels, preuve qu' « au-delà de sa dimension culturelle et linguistique, cette réalité infra-nationale revêt une dimension politique et institutionnelle au sein des États de l'Union ». [1]

 

Cela fait plaisir de voir que notre travail de l’année passée et la présentation de la liste Parti breton aux européennes ont contribué à faire évoluer la vision de certains milieux fédéralistes européens sur les nationalismes périphériques. Un seul regret d’ailleurs concernant ce passage, la mention « autonomistes régionaux ». Il s’agit de partis qui se revendiquent nationalistes ET fédéralistes européens, nondidju !!! Le terme a encore du mal à passer, cela viendra…

 

Dans cet article, les rédacteurs du Taurillon expriment surtout leur volonté de poser la question de l’Europe dans le débat autour des régionales, démarche qui me paraît particulièrement intéressante : ce point sera certainement totalement passé sous silence dans les débats portés par les grands médias, mais aussi, il faut le craindre, dans les projets politiques de la plupart des listes. Et pourtant l’articulation entre l’Europe et l’échelon administratif et politique régional constitue un point d’une grande importance. Quelle représentation pour la Bretagne auprès de l’UE ? Quel mode de gestion pour les Fonds européen de développement régional (FEDER), par l’Etat français ou par la collectivité bretonne ? Quelle coopération transfrontalière pour la Bretagne, avec par exemple la Cornouaille britannique ? Comment renforcer les partenariats noués entre la Bretagne et d’autres régions ou nations sans états d’Europe ? Comment favoriser, pour les jeunes bretons, l’opportunité d’expériences professionnelles en Europe ?

Ces quelques questions, très loin d’être exhaustives, donnent une idée de la richesse du sujet. J’espère bien que les partis nationalistes ou régionalistes modérés sauront une nouvelle fois se mettre en avant sur ces sujets qui sont au cœur de notre démarche politique.

 

[1] Pour mémoire, trois interviews avaient été publiées sur le magazine en ligne :

 

http://taurillon.org/Le-Parti-Breton-sort-de-ses-bases

 

http://taurillon.org/Le-Parti-Breton-prepare-les

 

http://taurillon.org/Le-Parti-Basque-en-campagne-dans

Publié dans Politique

Commenter cet article