Cowboys fringants : à voir !

Publié le par Kevin

J’étais jeudi soir à Nantes à la Trocardière (salle bien pourrie niveau sonore au passage, à fuir si vous pouvez !!!) pour voir les Cowboys Fringants. Quesaco ?

 

Les Cowboys Fringants sont un groupe de rock alternatif, tirant parfois sur le folk, et une des icones de la musique québécoise actuelle. Fondé en 1996 par Jean-François Pauzé et Karl Tremblay, le groupe est réellement connu depuis 2002 et la sortie de l’album Break Syndical. Il offre un style très festif, assez facile d’accès tout en ayant une vraie qualité musicale, notamment grâce à la violoniste/accordéoniste/flutiste/mandoliniste… Marie-Annick Lépine.

 

Le groupe est connu pour ses chansons souvent très engagées : critique des inégalités sociales ( à écouter, notamment « La Reine » et « Joyeux calvaire »), écologisme radical (« Plus rien » chanson énorme par laquelle j’ai découvert le groupe), nationalisme québécois revendiqué (notamment à travers la chanson « En berne » qui n’a pas du leur valoir que des amis !), critique du monde politique (« Monsieur » qui raconte le quotidien d’un homme politique au fond du trou, « En berne » encore).

Ca défouraille à tout va mais c’est une critique drôle et incisive, jamais larmoyante. « La manifestation » est ainsi un modèle du genre, qui m’a bien fait rire en temps qu’ancien participant aux manifs du CPE. Des textes très engagés, énormément de fond. Un humour et une impertinence assez décapants. Que demander de plus ?

 

Le groupe aborde aussi des thèmes moins polémiques : l’amour (« Entre deux taxis «  à écouter d’urgence au moins si on n’a pas de problèmes de couple !), la vie, le temps qui passe, l’entrée dans l’âge adulte (« Ti-Cul » sur les études choisies à la demande, pardon sur le conseil bien éclairé de papa-maman…)…

  

Les Cowboys ont décidé d’agir concrètement dans le domaine de l’écologie par le biais de la fondation Cowboys fringants. Celle-ci, financée notamment par une petite partie des entrées à chaque concert, a pour rôle d‘avancer des fonds pour l’achat de terres afin de les protéger, selon un modèle assez comparable au conservatoire du littoral français.

 

 

Quelques mots sur le concert de Nantes pour finir : Une ambiance extraordinaire, on a eu droits à toutes leurs meilleures chansons, 4 rappels, un groupe qui se donne à fond sur scène (largement aussi bien que tout ce qu’on peut trouver comme vidéos sur le net), une Marie-Annick Lépine mignonne comme tout, et ce qui ne gâche rien, un groupe qui a bien fait comprendre qu’il savait qu’il se trouvait en Bretagne (quelques mots en breton, un gwen-ha-du envoyé par un spectateur, bien affiché par Karl Tremblay puis accroché en vue tout au long du concert…). Il n’y a plus qu’à attendre qu’ils reviennent !

 

 

En attendant, quelques vidéos du groupe :

 

 

 






 

Commenter cet article