Projet Krommlec’h et Vallée des Saints : Patrimoine, identité bretonne et création contemporaine.

Publié le par Kevin

Un article coup de cœur sur deux projets collectifs autour de la scuplture.

 

Le projet Krommlec’h a pour objectif l’édification d’un…. Krommlec’h, spirale composée de 12 piliers dont chacun constituera une œuvre d’art représentant une des figures de la culture bretonne du XXème siècle : Angela Duval, Per Guillou, Manu Kerjean, Etienne Rivoalan, Per Jakez Helias, Per Poher, Jean-Claude Jégat, Paolig Monjarret, les soeurs Goadec, Xavier Grall, Jude Le Paboul et Glenmor.

Ce projet porté depuis plusieurs années avait donné lieu la réalisation de facs-similés grandeurs nature en mousse rigide, exposés notamment lors des printemps de Chateauneuf pour recueillir des fonds : et pour cause, un seul des 12 blocs couterait au bas mot dans les 15 000 euros.

Le Krommlec’h sera édifié sur le site du Belvédère à Rosnoen près de Chateaulin. La réalisations des premières sculptures devrait débuter rapidement.

 

 

Après la Cornouaille, direction Saint-Paul de Léon et le projet de « Vallée des Saints ». Celui-ci a pour objectif à terme la création de « statues/menhirs » en granit représentant tous les saints Bretons.

Les sept première statues représenteront les 7 saints fondateurs de la Bretagne : Tugdual, Paul-Aurélien, Brieuc, Malo, Corentin, Samson et Patern. Sculptées courant juillet, elles doivent être érigées près de la cathédrale de Saint-Pol le samedi 1er aout. Elles rejoindront ensuite la vallée des Saints proprement dite dont l'emplacement sera déterminé courant septembre. De nombreuses communes sont candidates pour accueillir le projet : notamment Priziac, Saint-Paul de Léon, Carnoet, Landudal, Santec, Pontivy, Belle-Ile-en-Terre… et Carhaix qui à en croire le Télégramme semblerait pour le moment la mieux placée.

 

 

 Ces deux projets liant création et patrimoine sont particulièrement intéressants à de nombreux points de vue :

- Porteur de l’Histoire des lieux, s’adressant à un public local qui n’a par ailleurs que très peu accès à l’Histoire de Bretagne, ils ont également un potentiel pour constituer de véritables locomotives touristiques à l’échelle de la Bretagne.

- Les deux démarches lient véritablement patrimoine culturel et création contemporaine sans que les deux aspects ne soient simplement plaqués l’un sur l’autre, uniquement pour l’image, comme c’est trop souvent le cas.

- Dans les deux cas, il s’agit également de promouvoir l’industrie et l’artisanat breton. L’industrie du granit qui est ici valorisée représente plus de 1500 emplois menacés par la concurrence en particulier chinoise. Dans le contexte que nous connaissons, valoriser le patrimoine non dans une optique purement touristique mais également afin de promouvoir la création de richesses  au niveau local est particulièrement appréciable.

- Enfin, il s’agit de projets d’envergure émanant de la société civile et non des collectivités. La culture, c’est avant tout les citoyens, non l’Etat !

Commenter cet article