Journées françaises du patrimoine : Jean-Pierre Chevènement élu sénateur.

Publié le par Kevin

Les journées du patrimoine, programmée le week-end du 21 septembre, auront cette année tenu toutes leurs promesses dans le territoire de Belfort. C'est en effet un véritable monument historique qui s'y est fait élire sénateur ce dimanche. Jean-Pierre Chevènement, figure des ultra-nationalistes français de gauche du MRC, donné fini après sa nouvelle défaite aux législatives de 2007, a trouvé la un moyen de se recycler en passant outre à la loi cruelle de la démocratie directe. Ancien ministre, M. Chevènement a toujours refusé toute évolution des institutions locales vers plus de démocratie et d’efficacité (on peut rappeler que la loi Chevènement de 1999 concernant la coopération intercommunale avait pour principal objectif de torpiller la loi Voynet, votée quelques mois plutôt, qui renforçait région et pays au détriment des départements et communautés de communes). Il a également toujours refusé tout droits pour les cultures et les langues minoritaires de l’hexagone au nom de l’égalité dite républicaine.

M. Chevènement devrait être à son aise au sein d’une institution qui semble globalement aussi rétrograde que lui. On se rappelle l’opposition claire du sénat à l’inscription des langues dites régionales au sein de la constitution française. Au-dela de ce point, le sénat constitue le parfait symbole de l’archaisme des institutions françaises et est irréformable. Michel Urvoy résume parfaitement le problème dans l’éditorial de Ouest-France du 22 septembre. « Il suffit pour gâcher pas mal de soutiens [ND : à l’élection] de réclamer une dose de proportionnelle afin de mettre fin à l’anomalie démocratique que dénonçait Lionel Jospin. Il suffit de prétendre éliminer quelques strates coûteuses dans le millefeuille des collectivités locales pour inquiéter les élus départementaux qui votent pour vous. […] Il suffit, pour perdre des voix, de prôner une éthique ramenant le sénat à un train de vie décent et contrôlé par la cour des comptes. Il suffit, pour se fâcher avec ses pairs,  de sanctionner l’absentéisme –dont un tiers s’accommode- ou de réformer leur généreux régime de retraite… ». Comme le souligne Michel Urvoy, on vote rarement contre ses propres intérêts.

Comment résumer l’action et l’état d’esprit au sénat ? Il suffit une nouvelle fois d’ouvrir Ouest-France (21/09/08) et le mini-portrait  consacré à Christian Poncelet, président pour encore quelques jours de l’institution. « Soupçonné de malversation dans les marchés publics, Poncelet s’est surtout occupé de la vitrine (musée, expositions, colloques) et de son insolent train de vie. Une de ses phrases mémorables : « Ne buvez jamais de café au déjeuner, ça vous tient éveillé tout l’après-midi » ».

 

Rappelons que le sénat joue un rôle clef dans toute réforme de la constitution. Entre des personnalités aussi conservatrices que MM. Chevènement ou Mélanchon et un tel mélange de je-m’en-foutisme et d’unique préoccupation pour ses intérêts personnels, peut-on encore croire la France réformable ?

 

 [illustration: JP Chevènement entarté.  le nouveau sénateur est l'une des rares personnalités à avoir porté plainte suite à un entartage]

Commenter cet article